Comment bien choisir sa toupie à bois

Polyvalente, une toupie à bois offre de nombreuses possibilités. Vous pouvez y placer des fers, des fraises ou un porte-outil. Obtenir des pièces de précision pour l’ébénisterie ou les travaux de charpente deviendra alors plus facile. Les constructeurs proposent de nombreux modèles sur le marché. Connaître les différents critères facilite le choix d’un outil approprié.

Une puissance adaptée aux travaux

La puissance influence la vitesse de rotation de l’arbre, elle conditionne également la profondeur de passe. On peut diviser les toupies à bois en deux catégories : celles situées entre 1400 et 2200 watts et celles supérieures à 2200, mais restant sous les 4000w.

La première convient à tous les types de bois, même les essences très dures. Néanmoins, il est mieux de limiter la hauteur des passes. En effet, elle n’est pas adaptée aux grosses sections ou un gros volume de bois très dur.

Si vous êtes un professionnel, quelle que soit la taille de votre entreprise, une toupie à bois ayant une puissance supérieure à 2200W est recommandée. Elle est suffisamment puissante pour les travaux à la chaîne et les grosses sections.

La présence d’une protection thermique est indispensable. Ce dispositif arrête la machine en cas de surchauffe et lui permet de se refroidir tranquillement.

La vitesse de rotation, un élément important

La vitesse de rotation d’une évolue en fonction de la gamme. On peut la régler de manière électronique ou mécanique en vue de l’adapter aux types de travaux à réaliser.

Les machines d’entrée de gamme possèdent une ou deux vitesses de rotation. Elles réussissent les tâches essentielles. Les dispositifs plus performants comportent trois à cinq vitesses. Vous pouvez alors spécifier le nombre de tours selon vos besoins. Enfin, les toupies haut de gamme effectuent un réglage continu.

Indiquer la bonne vitesse est nécessaire. Trop lente, elle augmente les risques de rejet. Par contre, des tours extrêmement rapides détruiront les outils.

Choisir une table en fonction de l’espace disponible

Vous trouverez sur le marché une longueur allant de 500 à plus de 1200 mm. Lorsque la table est longue, vous pouvez travailler sur des pièces très longues. Le choix repose ainsi sur les dimensions de votre atelier. Néanmoins, il est nécessaire de prévoir un espace de circulation pour que vous puissiez manœuvrer efficacement.

Contrairement à la longueur, une table trop large n’est pas indispensable. Les constructeurs vendent des machines ayant une dimension de 300 à 700 mm. Une bonne largeur facilitera le réglage et le changement d’outil.

Des rallonges et des élargisseurs vous permettent d’obtenir la dimension souhaitée.

Alu ou acier, des avantages différents

Une fonte d’aluminium est facile à transporter. Cette matière améliore la résistance à la corrosion. Cependant, elle est très sensible aux chocs et les objets pointus comme les clous risquent de causer des dégâts importants.

Une fonte d’acier offre plus de stabilité et réduit les vibrations. Néanmoins, son poids limite les déplacements.

L’ouverture de la table, une information essentielle

Deux chiffres indiquent l’ouverture de la table : le diamètre maximum de l’outil lorsque vous travaillez par en –dessous et le diamètre dans le carter du guide, lors des travails par au-dessus.

Trois configurations sont disponibles sur le marché : 130 – 150 mm, 180 – 200 mm et 250 – 320 mm. Le prix augmente à mesure que l’ouverture est plus grande. La troisième catégorie est adaptée à tous les types de travaux.

Les éléments améliorant la sécurité

Un bouton d’urgence afin d’arrêter immédiatement la machine si un problème survient. Il doit être placé à un endroit facilement accessible.

Le protecteur plaque la pièce à usiner contre le guide. Sa présence élimine les risques de déviation et constitue une protection pour les mains.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *